articles et lettres

Différence entre Etiomédecine et étiothérapie

Ce qui les rassemble

  • Leur origine, l ‘auriculomédecine, avec l’utilisation de points d’acupuncture auriculaire et la pulsologie radiale.
  • Le R.A.C., réflexe autonome circulatoire, dans une interprétation neuro-végétative.
  • Leur passé commun qui provient des recherches du Dr J.L. BRINETTE, et de la collaboration amicale durant 8 ans du Dr P. LATOUR à l’organisation de la S.E.E.F.
  • Le S.A.C. en tant que phénomène stabilisé de l’information. Une des découvertes les plus géniales du DR BRINETTE.
  • Une conception du fonctionnement du mental en tant que système de « dispatching » de l’information. Autre découverte du Dr BRINETTE.

Ce qui les sépare

  • Pour l’Etiothérapie® : l’intégration d’une vision dynamique ternaire permet d’accepter que la biologie (la vie dans la matière) soit autre chose que la simple relation des causes et des effets. Ce qui impose l’utilisation d’autres concepts, d’autres outils permettant de concevoir, de visualiser, d’objectiver la complexité du soin, sa dynamique, ses effets.
  • Le binaire et le ternaire - L’énergie/information
  • La loi des causes et des effets est la partie émergée de la réalité la plus accessible et la plus facilement objectivable.
    Mais sa dimension complexe nous oblige à la regarder avec plus de discernement ; d’autant plus s’il s’agit de thérapie, de médecine, donc d’une dimension humaine.
    En effet par sa composition, la matière dont nous sommes constitués est le témoin d’une structure complexe qui ne peut être abordée efficacement qu’à travers une conception ternaire de la vie.
    Ceci nous permet d’entrer dans une lecture mettant en jeu des notions d’antagonisme, d’interaction, de complémentarité et de complexité.
    Toute notre physiologie (y compris la partie la plus inerte) témoigne de cette complexité. Nous devons être conscients de l’interaction et de l’imbrication de nos états physique, biologique et psychique. Nous devons les percevoir comme les dépositaires d’une complexité semblant enfouie dans un paraître. Mais ils n’en sont pas moins les témoins d’une réalité inaccessible à la raison : ce que nous pouvons appeler la “ personne ”.
    Qu’est ce qu’une vision dynamique ternaire ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de revenir à la notion d’énergie, la regarder sous un jour informationnel en tant que déplacement de l’information. Son interaction avec le milieu induit l’émergence d’une réalité radicalement différente, modificatrice de sens. Il est indispensable de garder en mémoire qu’une notion binaire ne prend en compte dans la réalité que la relation des causes et des effets. La conséquence de cette vision réduit cette réalité à une expression uniquement “ objective ”, ce qui veut dire qu’elle renvoie à la matière la plus externe donc la moins vivante.
  • Pour l’Etiothérapie® : l’importance est donnée à une expression conceptuelle, libre de tout courant religieux ou sectaire, et axée essentiellement sur une interprétation juste sur le plan sémantique.
    Ex : l’Etiothérapie® n’a pas la prétention d’être une médecine, ce qui sous entendrait qu’elle répond à des critères médicaux : faire un examen, établir un diagnostic, proposer un traitement…
    C’est pourquoi a disparu de son langage toute référence au bien et au mal au sens moral, à l’absolu, à l’anticonscience etc… Le monde logique de la complexité est relatif. Pour accéder à une compréhension de la vie, il est indispensable de sortir d’une vision binaire faite d’exclusion et de manichéisme. Le regard expérimental posé sur une compréhension du corps, de la matière, mais aussi sur une compréhension d’une dynamique thérapeutique s’est toujours appuyé sur des concepts trouvant leur évidence dans :
    • les sciences physiques (thermodynamique, physique quantique )
    • l’expérience clinique (avec la psychanalyse)
    • mais également sur des concepts philosophiques respectant l’altérité humaine (relation au temps, relation esprit/matière).
    Ces termes employés ne peuvent prêter à confusion car ils excluent toutes références à des a priori, des jugements entraînant exclusion et sectarisme.
  • Pour l’Etiothérapie® : le raisonnement sur l’énergie, intégrant le concept du Dr J.L. BRINETTE qui disait que toute énergie est mouvement, impose de regarder et d’animer avec précision une compréhension du passage de l’information/énergie en énergie/matière. Il s’agit là, dans le cadre de la thérapie, de simplement “ traquer ” avec une conscience juste les endroits dans le corps où l’information est immobilisée.
  • Un regard différent pour soigner
    Etiomédecine et Etiothérapie® porte le même radical “ étio ”, la cause au sens originelle. La différence se situe entre médecine et thérapie :
    • thérapie : ce qui sert. Il y a la notion d’accompagnement.
    • Médecine : art de guérir
    Faire la distinction entre les 2 termes est capital car entre eux se situe la tentation du pouvoir, de croire et de faire croire que l’on guérit alors que notre action ne vise qu’à libérer les forces vives du patient afin de l’aider à trouver en lui la cohérence de sa guérison.
  • Soigner est prendre soin et non guérir, rôle qui n’appartient qu’au patient et à sa conscience.
    • Un regard différent sur la cohérence
      Prendre en compte les réalités binaire et ternaire de la vie c’est être cohérent. C’est approcher le réel de la façon la plus large donc la plus vraie possible. Dans l’expression de la vie, le problème n’est pas la manière avec laquelle les choses se réalisent. Ce qui est important c’est la logique qui a présidé au résultat.
      Ainsi la cohérence est d’accepter qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise logique ; mais simplement qu’il y a une fécondité, l’émergence d’une vie.
      La cohérence c’est de traiter la souffrance, ce qui atténue la douleur et non le contraire.
      La cohérence c’est exclure dans le regard de l’autre tout ce qui peut appartenir à une forme de jugement ou de condamnation ; car, dans ce cas, c’est priver l’autre de sa dimension d’être.
  • Pour l’Etiothérapie® : le recrutement, pour son apprentissage, est uniquement fondé sur des critères médicaux ou paramédicaux. Ceux ci garantissent sur un plan éthique un minimum de respect de la personne en tant que patient, mais aussi en tant qu’individu.
  • Pour terminer, l’outil thérapeutique mis au point par le Dr BRINETTE a été élaboré dans l’année 1986 et a évolué durant 14 ans, jusqu’en 2000, date du décès de j.L. BRINETTE. Depuis, les compréhensions ont évolué, les apports expérimentaux ont été considérables. Ceux qui se disent héritiers de l’Etiomédecine se sont efforcés de maintenir le cap, même si certains trahissent un peu la conception d'origine, il n’en demeure pas moins qu’une science ou une technique qui, depuis 10 ans, n’a pas été nourrie par son concepteur n'évolue plus et se sclérose.

Ce qui les réunit pour conclure

  • Quand une conception est juste et que le thérapeute a une valeur, la thérapie ne peut être qu’opérative.

Patrick Latour