articles et lettres

La cohérence

Réflexions et développement autour de la cohérence

Chers amis,

Vous parler de la cohérence me parait enrichissant, le filtre cohérence étant l’outil référant de notre exercice.

Ce sujet fait suite à une conférence que j’ai donnée à Paris le 30 juin 2015.

Notre travail d’étiothérapeute est principalement de redonner une cohérence systémique à nos organisations personnelles exprimées dans les trois états de la matière. Cela étant acquis, nos personnes trouvent les ressources naturelles à gérer leurs liens au monde extérieur et environnant. 

D’abord définir la cohérence

Que dit le dictionnaire ?
Rapport
 d'harmonie ou d'organisationlogique entre des éléments.

On retrouve le lien avec la logique, une logique cohérente est une logique féconde, celle qui fait émerger une réalité nouvelle, qui modifie l’état d’origine au sens de l’évolution de la personne.

Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise logique, il n’y en a que de cohérente ou non cohérente. Cela nous ramène à la personne elle-même dans ses mémoires et dans son vécu.

Ce rapport d’harmonie est celui qui lie le noyau, le cytoplasme et la membrane, la personne en propre.

Parallèle avec le noyau dépositaire du psychique, le cytoplasme dépositaire du biologique et la membrane dépositaire du physique, harmonie entre le moi égoïque et le moi transcendantal, entre le corps et l’esprit, dont la cohérence au sens dynamique provient du biologique. Classiquement on passe sous silence le biologique, on parle toujours des deux antagonistes contradictoires l’esprit et le corps mais pas de leur interaction. Classiquement on ignore la dynamique, on reste dans le conceptuel, on ignore la vie en sens de mouvement dans la matière.

L’exemple le plus frappant de la cohérence est l’adaptation du monde intérieur au monde extérieur, cette interaction est source d’évolution.

-  Cohérence du conceptuel de l’intelligence, en elle-même,

-  Cohérence de la matière physique dépositaire incarnée de la vie

-  Cohérence du passage de l’information entre les deux. Une disharmonie de l’état colloïdal entraine une floculation.

-  Cohérence dans chaque états de la matière en invariance d’échelle..(Monde fractal)

La cohérence de la personne

Le rapport d’harmonie qui conditionne l’équilibre entre le monde qui nous entoure et notre propre monde justifie la nécessaire cohérence de nos personnes : respect, identification et prise en compte de nos altérités.

Nécessité de mettre face à face l’homme dans son intégrité (humanisme et tradition grecque) et la société dans ses mutations.

Dans la dynamique de la vie et de nos évolutions nous avons superposition et emboitement de plusieurs cohérences qui interagissent, témoins d’une systémique complexe.

L’emboitement des cohérences

Les deux premières sont propres à la personne dans son fonctionnement vital.

Première cohérence  - Celle des trois états de la matière, parallèle avec le noyau (point d’ancrage du transcendantal, du vertical), avec le cytoplasme et la membrane (témoin de notre dimension égoïque et des formes de notre incarnation). Ces trois états ont des cohérences vitales irréductiblement différentes : - La matière physique ayant une cohérence de manifestation, de réalisation.   - La biologique d’intégration, d’adaptation et de formulation quant à  - La matière psychique sa cohérence est celle de l’induction, de la révélation au sens du fourmillement transcendantal et universel.

Deuxième cohérence   – Cohérence  de la vie dans son expression dynamique L’harmonie du corps et de l’esprit, « men sano - corpore sano »

Dans la réalité des prises en compte scientifiques ou philosophiques nous mettons en évidence le corps d’un côté et l’esprit de l’autre en ignorant souvent l’état intermédiaire qui est celui fondamental de l’adaptation.

Cette deuxième cohérence est celle de l’interactivité entre des états irréductiblement différents dans leurs propres cohérences. Celles-ci se fécondent mutuellement, leur lieu commun étant l’origine informelle de la vie.

La troisième cohérence  - Est celle de notre rapport avec le monde extérieur.

« Un battement d’aile de papillon modifie la conscience de l’humanité. » D.Böm

On peut également citer la maxime de Benjamin Franklin :
« À cause du clou, le fer fut perdu.
À cause du fer, le cheval fut perdu.
À cause du cheval, le cavalier fut perdu.
À cause du cavalier, le message fut perdu.
À cause du message, la bataille fut perdue.
À cause de la bataille, la guerre fut perdue.
À cause de la guerre, la liberté fut perdue.
Tout cela pour un simple clou. » 

Cohérence d’un monde aléatoire dans sa rencontre avec nous même,  rencontre de deux réalités irréductiblement différentes qui n’obéissent pas aux mêmes lois.

Loi d’un rapport de force contradictoire du tout avec celui de notre cohérence personnelle.

L’équilibre fécond entre ces deux mondes nécessite une réelle prise en compte de sa cohérence personnelle, sinon la personne se noie dans son monde extérieur. (Métaphore du GPS exprimée en cours.)

Quatrième cohérence  - Celle-ci touche la personne dans sa dimension verticale.

Celle de l’évolution du monde biologique dont les caractéristiques sont : autonomie, adaptation et évolution, supports de l’évolution de la conscience…

 Ceci est une autre affaire, peut-être un autre sujet si vous me le demandez !!

Pour terminer quelques rappels fondamentaux sur le filtre cohérence.

1/ Le symbole dont il est dépositaire : représentation symbolique de la cellule, premier élément témoignant de la complexité évolutive de la vie et donc de la cohérence des trois états de la matière.

2/ Prise en compte du « concept du concept » de E. Kant : concept qui met en évidence le fait que la formulation par une image ou un dessin devient vecteur informationnel (donc énergétique) du concept lui-même. En l’occurrence le symbole de la cellule devient vecteur informationnel de ce qu’est la cohérence de la dynamique de la vie.

3/ Sur le plan structure : L’insertion d’un anneau creux au-dessus et en dessous du filtre ‘cellule’ va intégrer de manière symbolique le monde macroscopique autant que le monde microscopique et va mettre en évidence l’interaction de notre cohérence biologique avec le monde extérieur.

L’utilisation de ce filtre révèle de façon dynamique le « fait » cohérent  ou  incohérent », qu’il soit du domaine du physique, du biologique ou du psychique, qu’il soit de votre « fait » ou du monde extérieur à votre « fait ».

Maintenant vous pouvez mieux saisir pourquoi ce filtre devient d’autant plus efficace et vous rend plus perspicace avec le temps et l’évolution de votre conscience.


Patrick Latour