articles et lettres

mise au point sur les tables (2)

Que déduire des tables ?

Suite à l’excellente idée de François Leboulleux de réunir des anciens afin de préciser, échanger et s’interroger sur certains points de notre exercice, je suis amené, après les précisions de Jean-Paul à mettre de la perspective, à réunir, assembler les formes de compréhension particulière que nous avons tous d’une même réalité, en l’occurrence : les tables de S.Lupasco

Une table, un tableau, permet de mettre au clair, en évidence, inscrire de visu une réalité conceptualisée.

Mais, que met-on sur la table ? Et quel lien avec la thérapeutique ?

Les équations de logiques élaborées par Lupasco sont les formes mathématiques d’une dynamique donc sur une table ou un tableau l’objectivation d’un mouvement.

Il est bon comme Jean-Paul l’a fait sur le site, d’en rappeler les principes, actualisation ou potentialisation de l’homogénéité ou de l’hétérogénéité etc. (2ème année)

·  Ceci étant éclairé, faisons le lien avec la thérapie et l’objet de la thérapie (1ère et 2ème année) et faisons le philosophiquement, biologiquement  et physiquement.

Quel est-il ? Pourquoi utiliser les tables comme outil thérapeutique et quelles sont leurs rôles ? (2ème année)

L’étiothérapie est une thérapie de la gestion de la mémoire dans les trois états de la matière.

Dois-je rappeler les trois principes fondamentaux qui justifient l’étiothérapie ?

1/ Tout est énergie/information

2/ Cette énergie/information s’exprime spécifiquement dans les trois états fondamentaux de la matière

3/Cette expression et sa gestion par la personne comme par le thérapeute, dans le cadre d’un soin, se fait sur mode fréquentiel.

·  J’y ajouterais un principe aussi fondamental,  qui est déjà inscrit implicitement dans le 1/ le concept du concept si cher à Kant : « Tout concept bien défini est vecteur d’information. »

Ces trois principes établis, vous ne pouvez que voir l’utilité thérapeutique des tables, celle d’objectiver et de visualiser conceptuellement la dynamique de l’information/énergie dans les trois états de la matière. De cette manière et seulement de cette manière, vous approchez la complexité qui est dans le mouvement, en dehors du temps et de l’espace. (2ème année.)

Philosophiquement la personne, objet de notre attention, est un être complexe et aborder sa mémoire la plus profonde (mémoire inconsciente) ne peut se faire qu’en prenant en compte au même instant, dans ses logiques propres du présent, l’interaction des mémoires de son passé, de ce qu’il en a fait émotionnellement, sentimentalement  et intelligemment. Les tables dans l’objectivation de la dynamique ternaire de l’énergie y répondent dans le respect de son altérité.

Biologiquement, dans la logique du vivant, dans notre physiologie, les trois états de la matière sont irréductiblement différents dans leur dynamique.

A/ L’état physique : macro matière, matière objective, matière formelle celle-ci actualise de  façon majoritaire  et de façon la plus homogène l’information, la forme.

B/ L’état biologique, la micro matière est celle qui va intégrer potentiellement, de la façon la plus dynamique, hétérogène, les informations à leur émergence avant de leur permettre de se formaliser dans la macro matière (le mode comportemental de nos actions est de la macro matière !) lieu privilégié du colloïde.

C/ Quant à l’état psychique qui n’est pas le psychologique mais l’état subquantique de la matière, il est le lieu où l’énergie/information dans cet état d’émergence est vibration et corpuscule en même temps c’est à dire quasiment information avant qu’elle ne subisse la dualité, la dichotomie de nos sens. C’est le point source de l’information.

En physique vous connaissez la différence des trois états de la matière : du noyau atomique à la matière constituée en passant par l’atome, la molécule, la macromolécule et la cellule pour arriver à l’individu. Dans cette réalité ne pas oublier que ces trois états sont indissolublement liés alors qu’ils sont irréductiblement différents sur le plan de la physique.

Mettons maintenant en perspective ces différentes expressions logiques des trois états de la matière, réunissons les pour en faire, dans la biologie du vivant ce que Lupasco appelle la logique dynamique contradictoire de l’énergie et non des énergies !! Car c’est la logique contradictoire du vivant dans sa  complexité constitutive et dans la gestion interactive de l’information hors et en lui.

Cette perspective nous permet de donner à la logique d’actualisation de l’homogénéité le nom de corps physique, à celui de potentialisation de l’homogénéité (actualisation de l’hétérogène) le nom d’âme et à celui de l’état T (exacerbation des contradictoires) le nom d’esprit.

François a dû vous parler du recyclage des « para » en « ortho » déductions. Je n’y reviens pas mais je vous rappelle le lieu particulier des accolades. Elles sont le lieu de synchronisation  des trois polarités. On peut l’identifier comme l’émergence d’une complexité qui réunit au même moment les irréductibles contradictoires qui pourtant ne peuvent être assimilés les uns aux autres : c’est le lieu de la mutation. Bien évidemment,  la logique dynamique de l’information  va se développer de façon propre à chaque état pour se finaliser sur l’accolade complètement à gauche qui est celle de la mutation de la personne, il ne peut donc y avoir d’équation logique dynamique au-delà, à gauche de cette dernière car nous sommes au-delà de la personne.

Pour finir, on ne peut mettre de signifiant sur les différentes logiques développées car c’est de la dynamique pure, du mouvement complexe. Les points émotionnels et la gestion du filtre cohérence sont là pour mettre un nom signifiant.

Si vous le demandez nous pourrons revenir sur les symboles liées aux différentes tables. Ils sont témoins des niveaux de conscience, mais c’est une autre histoire.

Tout ce qui est exprimé ici l’est dans les cours de 2ème année.  Il serait bon de vous y replonger  de temps en temps afin de vous permettre de poser vos questionnements lors des cours et de vivre le contenu des cours de façon nouvelle car ils évoluent chaque année.

Patrick Latour